Site déposé © n°UGZ218B

 
  Dépôts n°SEZ7178 et suivants

 

Prose : Vague douce

Il y a peu, au milieu d'un jour beau comme le soleil, j'ai senti une onde me parcourir.

C'était comme une vague délicate caressant le corps…

Mes jambes semblaient prises dans une sorte d'étau confortable et étrange, je me trouvais envahie par une envie extraordinaire de dormir.

Je ne sais trop pourquoi, je n'ai pas suivi ce doux appel à fermer les yeux et laisser le sommeil prendre le pouvoir…sans doute était-ce pour prolonger le sentiment de bien-être et de sérénité qui enflait en moi et faisait vibrer toutes les parcelles de mon être.

Le carcan de ma peau disparu, cette prison qui peut m'être si douloureuse parfois, j'ai eu le sentiment d'être sans contenant, libre enfin, et baignée de Paix et d'Amour.

L'onde m'a caressée et emplie pendant un long moment il me semble, et d'autres vagues nouvelles sont venues m'envelopper et me dépouiller de la bure agressive que peut être cet habit sur mon âme.

Je ressens encore, par moment, cette onde comme une caresse à mon corps, à tout mon être, et l'impression soudaine d'être emplie de la nature et de me diffuser comme un arôme sur la flamme.

C'est un sentiment de quitter un vêtement étroit dont l'étoffe blesse jusqu'au plus profond de soi et empêche tout mouvement naturel et spontané. L'impression de la nudité.

J'imagine dans ces instants comme le vent qui emporte les feuilles et fait apparaître la structure de l'arbre en entrant dans l'hiver, et le printemps insufflant la vie nouvelle dont la place est naturellement faite.

© Marie Hurtrel 2008
Texte déposé - n°SEZ7186

SIRET 51301830900031
...
Membre du collectif des Poètes mal famés
Marie HURTREL La poésie ne vit pas en un jardin clos, elle n'a de sanctuaire, et n'a de sucre tant qu'elle ne fait sourdre l'acide.

S'il lui arrive de cueillir les pétales des violettes et des roses, ce n'est pas pour repeindre les volets du printemps mais, pour décrocher l'instant à la métaphysique des choses.

Ce qu'elle ouvre coule par deçà l'en-deçà.
La tendance est au Silence et à la Lecture
 
Article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial.../...
Site déposé n°UGZ218B. Site déposé © M.Hurtrel prose-poetique.com, mariehurtrel.com Textes protégés © n°SEZ7178 et © n°UGZ218C et suivants.