Site déposé © n°UGZ218B

 
  Dépôts n°SEZ7178 et suivants

 

Editions Machins de Truc

C'est la saison des spams ? Il y a une promo avant Noël ?

Un petit racolage en ligne, ça se pratique, n'est-ce pas, et pour la méthode il y a le choix et l'astuce.

Sauf que l'intrus qui frappe parfois/souvent à ma porte ne tombe pas toujours les jours de zappe (la mienne évidemment). Disons qu'à la longue et l'insistance, et à force de cliquer pour virer sur et la même chose, j'en viens immanquablement à dire ce que je pense, et ce qui est.

Un tas de mails soi-disant ciblés, et certains résultant d'une intégration forcée dans un e-mailing (classique des spammeurs).

Par exemple ce "les machins d'ocris",- n'allez pas me faire croire que ça décline autre chose que des cailloux - dont je n'ai rien à faire et à qui je n'ai rien demandé, m'envoie (c'est ce machin qui envoie hein, on suit ?) régulièrement des "choses" et qui plus est, avec pièces jointes (ce qui est pire donc, et que je n'ouvre jamais) en ayant ajouté mon adresse à une liste... par ailleurs visible !... C'est-y pas une bonne idée ça pour faire de la pub ?

Sauf que ce spamming porte une grosse verrue sur sa technique : combien de la liste sont-ils vraiment intéressés ? Puisque mon adresse y est, ça veut dire que tous ces contacts-là qui apparaissent et dont j'ai reconnu certains sont susceptibles d'avoir été enchaînés itou.

J'ai une sainte horreur de ces pratiques dans ce racolage, des gens qui veulent faire croire à chacun de la liste que ses potes/contacts adhèrent au sujet, et que ses potes (les potes du spammés, on suit toujours ?) sont copains comme macarons avec l'envoyeur concocteur d'e-mailing.

***Si ma pote Zaza est pote avec le non-pote Dudu, donc j'accepte tout ce que m'envoie Dudu***.

Non, là faut arrêter ! de prendre les gens pour des jambons, et les cerveaux pour des éponges mal rincées.

Bien sûr, il y a la maladresse des débutants qui ne savent pas qu'on doit cacher toutes les adresses des mailing, ça tient du logique, et l'indulgence est grande envers les inhabitués, la patience tout autant, et un petit mail de retour sympa fait comprendre en toute sérénité qu'il faut envisager de changer la méthode, et ça se et le fait.
Mais ! quand la chose se présente comme "sérieuse" et répète incessamment son étalage, s'annonçant pro et futée, je n'ai qu'une question : que vient-on chercher en m'ajoutant parmi les malheureux élus ?

Je crois que j'ai la réponse, et vous aussi.

Marie Hurtrel