Site déposé © n°UGZ218B

 
  Dépôts n°SEZ7178 et suivants

 

Un huit, comme en sang

Humaine, infographie de Marie HurtrelEncore un.

Un huit de mars, comme les ides venant tôt pour fourbir le feu.
Une journée, un trois-cent-soixante-cinquième à dire un peu plus haut, à rappeler et réunir.

Torse parfois, le jeu de fête coupe l’intérêt, mais puisqu’il est d’un huit comme en sang, là-bas, ailleurs, ici, un jour se dit pour sonner l’alarme et nos larmes humaines.

Il n’y a pas de fête, il y a l’attente de l’humanité.

Parce qu’il y a celles qui attendent à genoux sur leur mort.

Il y a celle que l’on tue avant son cri premier, par son sexe reniée.
Il y a celle que l’on vend pour légaliser le viol, par son sexe dédiée.
Il y a celle que l’on torture pour exclure sa féminité, par son sexe condamnée.
Il y a celle que l’on enferme pour engager sa virginité, par son sexe dévolue.
Il y a celle que l’on éventre pour sermonner sa communauté, par son sexe politisée.
Il y a celle que l’on musèle pour entretenir son esclavage, par son sexe asservie.
Il y a celle dont on défonce le crâne pour inventer une société, par son sexe diabolisée.
Il y a celle que l’on brûle pour assouvir le désir de puissance, par son sexe assujettie.
Il y a celle que l’on oublie pour valider la sérénité, par son sexe minimisée.
Il y a celle que l’on dénude pour démontrer l’infériorité, par son sexe effacée.
Il y a celle que l’on accuse pour justifier son bourreau, par son sexe culpabilisée.

Un huit, comme en sang, il n’y a que l’attente de l’humanité.

Marie Hurtrel