Site déposé © n°UGZ218B

 
  Dépôts n°SEZ7178 et suivants

 

Annonay de Milo

Après avoir remonté le boulevard, des trucs qui me ressautent aux yeux déjà déconfits, et au dépit, ce matin. Encore.

Que se passe-t-il boulevard de la République ?
Après le départ de la boutique et de l'atelier d'informatique, celle du fleuriste (après un litige à en comprendre l'affiche mise le jour du départ, mais surtout parce qu'une administration voulait la place), de l'Art des Choix qui n'est pas encore remplacé ( le hangar semble à l'abandon, mais heureusement, lui, l'Art des Choix, a trouvé un lieu dans "l'endoville", et plutôt mieux, ouf), je vois aussi, ce matin comme un rien, pas fais gaffe avant, la porte de l'électricien qui est à louer, l'artisan est parti, un peu loin pas loin, et juste assez pour qu'on ne le cherche plus... à pied, au là-bas motorisé, selon une affiche sur la vitrine déserte. Comme un formel exode, où a fuit l'informatique raison raisonnable, à l'autre ville, à l'à côté motorisable par obligation... Aussi et entre autres.
Annonay, photo de Marie HurtrelLe boulevard est-il devenu trop cher ? Est-ce un si bon rapport pour les propriétaires de louer ailleurs pour eux et faire de leur ancienne boutique un placement locatif ?
Qui loue là, qui lit l'où ?
Qui s'en va là, qui s'en va sans dire... et sans feu, car d'incendie déjà il est assez à craindre.
Et les yeux hagards vérifient des voitures, l'état, et les tas en ferrailles recomposées, consumées.
Qu'y a-t-il en autres lieux que beaucoup de commerces et artisans y filent à la queue leu leu ?
Où s'enbornent les soirées DVD après l'abandon de notre loueur de films, là-bas encore... et d'une borne à plusieurs kilomètres, si ce n'est la rime mathématique qui prêterait à rire, l'obélisque en perd son surnom : la pyramide s'étonne.
Et les braqueurs de république guettent au domaine de la gare. Il faut bien que tout le monde bosse, ça ne change pas et rien, restent nos gendarmes que la "déville" suractive et consomme.

Que devient Annonay ?
Et qu'en pense notre Olivier communal et régional ? Rien, sans doute, ou comme dirait-il peut-être en substance :  la faute à la conjoncture, on y peut rien si la ville se meurt et vide... Et le on de croire que tout va finalement bien !
Qui peut quoi si ce n'est son maire, et son équipe ? S'ils baissent les bras (les baissent-ils ?) comment vouloir que les administrés les relèvent avec leurs manches et le défi, ou plus simplement résistent à la conjoncture, s'adaptent, et se motivent pour créer leur espoir d'une cité où il fait plutôt bon vivre, de culture, de traditions, et de la bonne entente des gens qui se bougent à redonner vie à nos rues.
Je devrais utiliser le conditionnel mais, que serait la condition quand on espère un présent futur et un futur présent humains, juste humains.

Et la rue Boissy d'Anglas déprime.
La ville n'est pas en arrêt sur image, car rien n'est jamais figé : ce qui n'avance pas, recule !
Le sur-place n'existe pas en la matière, seules les statues le peuvent : Annonay-Vénus de Milo ?
Sus au plongeon dans les yeux des frères Montgolfier qui doivent se retourner sur leur socle : ce qui ne monte pas descend. Eux savaient.
Mais la mathématique et la physique ont la philosophie difficile quand le confort se suffit aux angles des écrans de TV. A défaut d'Anglas. La télé tue, on le sait, elle tue le partage, l'éveil, la culture, le voisinage, le rêve, et emplit nos voitures des obligations carburatoires.  C'est la télé qui le dit ! Elle nous réinvente la conjoncture à la mesure de l'anesthésie pour nous dont les entrônés ont besoin.
Même les locataires des plus petits trônes... Ô communes présences !

Et la rue Montgolfier se tasse.
Qui viendra remplacer l'électricien du boulevard ? Et qui redonnera vie à l'ancien immense magasin de l'Art des Choix ? Qui emplira les boutiques grimpant le long des étroits trottoirs et fera de leur vétusté une pierre d'angle pour poser le sourire de la ville, à refaire une naissance aux motivations communales ?
On s'en fiche, le on a autre chose à faire, à recompter l'intérêt d'une cité qui se place ailleurs que dans l'intérêt de ses habitants. Redondance du saccage.
Bienheureux les équipés de véhicules, bienheureux ceux qui ne comptent ni l'essence ni leur temps. Ni leur ventripotence cérébrale.

Et la rue de Tournon s'enfonce.
Dortoir en ligne de vie, dortoir dans le viseur, dortoir en fin de conte, ah ! de compte ! Car aucun conte là, seulement le constat visuel alimentant une impression de désertion pantouflarde.

« La tristesse des illettrés dans les ténèbres des bouteilles
l'inquiétude imperceptible des charrons
les pièces de monnaie dans la vase profonde

Dans les nacelles de l'enclume
Vit le poète solitaire,
Grande brouette des marécages. » [René Char]

© Marie HURTREL

SIRET 51301830900031
...
Membre du collectif des Poètes mal famés
Marie HURTREL La poésie ne vit pas en un jardin clos, elle n'a de sanctuaire, et n'a de sucre tant qu'elle ne fait sourdre l'acide.

S'il lui arrive de cueillir les pétales des violettes et des roses, ce n'est pas pour repeindre les volets du printemps mais, pour décrocher l'instant à la métaphysique des choses.

Ce qu'elle ouvre coule par deçà l'en-deçà.
La tendance est au Silence et à la Lecture
 
Article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial.../...
Site déposé n°UGZ218B. Site déposé © M.Hurtrel prose-poetique.com, mariehurtrel.com Textes protégés © n°SEZ7178 et © n°UGZ218C et suivants.