Site déposé © n°UGZ218B

 
  Dépôts n°SEZ7178 et suivants

 

Najib Bendaoud

Voici des textes venant de loin au fond d'un ciel poétique, le poète Najib Bendaoud semble avoir la muse dont il parle greffée au ventre.
Tout ce que j'ai pu lire de cet auteur est comme un flot bouillonnant où l'inspiration n'est jamais brimée par quelconque raison, c'est la liberté qui se palpe dans le rythme et la mélodie de des mots.
Un grand bonheur à le lire chaque fois... Attention, déferlante poétique !
M.H

Une mouche droguée
Et un dollar


Une mouche ivre endommage mon cœur
Une mouche droguée altère mon âme
Mouche perverse,
Eloigne-toi de mon rêve !
Mouche ivre,
Quitte mon imagination
Et ma mémoire
Ta beauté est dérisoire !
Mouche droguée,
Évacue les ruelles de mon songe
Décampe mes nuits de silence !
Abandonne la musique de mes mots
En transe !
Mouche droguée,  
Arrête de prier mon billet
Bleu !
Il a changé de couleur
Cesse de piocher aveuglement
Dans ma poche vide !
Pour financer tes faux voyages
Blancs !
Au fond de ton péché hideux !
Mouche droguée,  
Cesse de supplier ma générosité
Pour maquiller tes lèvres insolites
Pour déguiser tes yeux blafards !
Pour travestir tes balades infâmes !
Pour décorer ton nombril impur !
Pour cacher tes yeux pauvres    
Par de riches lunettes !
Pour émanciper ta peau usée !
Par les caresses de tout un monde !
Moi, je ne peux rien t’offrir
A part mon désagréable émoi !
Et un peu de ma répulsion !
Et un bout de mon écœurement !
Et quelques larmes de mon dégout !  
Et quelques gouttes d’un souvenir affreux !
Adieu mouche droguée !
Adieu pauvre dollar !


L'arbre de ma muse

Une couleur ce soir m’a pris en otage
Ses yeux commencent par loger mon songe
Ta couleur, n’a pas de couleur
Elle s'appelle rêve dans un espace
Elle est un mélange sublime
Elle a un peu de ton sourire d’enfant
Et un peu de ta sensualité d’adulte
Elle est toi dans mon rêve qui s’éclot
Depuis maintenant hier et ce soir
Et la musique dans tes yeux a vivifié
Toutes les roses de mes roses délaissées
O mon Dieu !! Comment mes mots se taisent !
Rejoignent de nouveau ce silence écorchant
Mes sentiments se cachent au fin fond
De mon être ressuscité
O mon Dieu !! Comment mes mots tremblent
Orphelins, ce soir sans leur extase
Chétifs dans le noir de leur gouffre
Ne t’en va pas ce soir
Reste enchanter mes déboires
Attends-moi non loin de moi ce soir
Fais-moi écouter la musique de ton art
De ta vie ornant ton regard
Arbre de ma muse
Contamine moi jusqu’à l’aube de tes danses
Offre-moi tes sons et tes sentences
Tous les jardins de ton essence
Toutes les paroles de ta quintessence
Tous les fruits de ta jactance
Enfant terriblement voisin de ma loge
Libère moi de ce froid immense
Aide-moi à savourer ton parfum
Aide-moi à adorer tes lieux saints
Aide-moi à exorciser ma peur de tes seins
Aide-moi à contourner ma timidité
Qui ronge affreusement mon ventre
Arbre de ma muse
Écroule ce mur qui attriste mon élan
Ce monde de brumes qui annihile
Mon survol au creux de ta main
Fais-toi jour et illumine ma nuit
Fais-toi ange et je t’offrirai ma romance
Fais-toi femme et j’épouserai ton âme
Fais-toi nature et j’arroserai tes flammes
Fais-toi écoute et je t’embellirai
De mon éloquence
Arbre de ma muse
Fais-toi mer et je graverai ton nom
Dans tes profondeurs
En or et ma farandole
En argent et ma voix
Fais-toi monde de mon monde
Et je prierai ton sud et ton nord
Je psalmodierai ton Est et ton Ouest
Tous les champs de ton corps célestin
Toutes tes rondes subtilement incertaines
Toutes les lèvres de toi ma muse
Arbre de ma muse
Offre-moi ton ombre d’amour
Et je me noie dans ton glamour
Car et enfin ton charme et toi
Vous n’êtes pas d’ailleurs
Car et enfin, je sens tes marches
Danser mes vers dans mon verre

© Najib Bendaoud

 

SIRET 51301830900031
...
Membre du collectif des Poètes mal famés
Marie HURTREL La poésie ne vit pas en un jardin clos, elle n'a de sanctuaire, et n'a de sucre tant qu'elle ne fait sourdre l'acide.

S'il lui arrive de cueillir les pétales des violettes et des roses, ce n'est pas pour repeindre les volets du printemps mais, pour décrocher l'instant à la métaphysique des choses.

Ce qu'elle ouvre coule par deçà l'en-deçà.
La tendance est au Silence et à la Lecture
 
Article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial.../...
Site déposé n°UGZ218B. Site déposé © M.Hurtrel prose-poetique.com, mariehurtrel.com Textes protégés © n°SEZ7178 et © n°UGZ218C et suivants.